Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 23:52

Les drains, les ligaments inter-vertébraux et la flore bactérienne de Johnny Halliday ont monopolisé très naturellement depuis une dizaine de jours l’intégralité des médias grand public, reléguant aux oubliettes les banalités du quotidien (sommet de Copenhague, protestation des surveillants de prison et manif de policiers – si, si, cherchez bien dans les archives des news - expulsion vraisemblablement illégale d’une nouvelle charrette d’Afghans vers leur pays dévasté, découverte d’une nouvelle fratrie de bébés congelés, meurtres en pleine rue en banlieue lyonnaise et en plein Paris…). Je ne vous referais donc pas le topo sur les opérations et complications subies par le chanteur.

Je vous rassure tout de suite :  au fond, peu me chaut de savoir si le « chirurgien des stars » s’est gratté le nez avec ses gants stériles pendant l’opération. Vu côté médical il avait de toutes façons déjà montré son talent. Quoi ? Laisse, t’es trop jeune, c’est une vieille histoire. Et puis comme le dit si justement Patrick De Funès dans son livre Médecin malgré moi, la compétence des médecins est très souvent inverse à leur renommée (donc à leur narcissime, serais-je tenté de compléter ?). 

Par contre, on me dit en coulisse qu’un professeur de chirurgie orthopédique de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris s’est déplacé soi-même en personne à Los Angeles UNIQUEMENT pour prescrire un arrêt de travail à notre évadé fiscal. Enfin bon, pas vraiment pour prescrire un AT, mais pour dire si oui ou si non, Johnny pourra faire des loopings en patins à roulettes d’ici la fin de la semaine, après un voyage retour en Harley Davidson sur la route 66 et traversée océanique en jet-ski. Le professeur en question, il a donc fait un aller-retour Paris – L.A. en avion, rencontré la star, signé un papier, et retour. Tout laisse penser qu’il a donc manqué à son activité de PH (médecin hospitalier temps plein, assimilé fonctionnaire, qui plus est chef de service) durant trois ou quatre jours uniquement pour voir un patient « privé » ou, plus vraisemblablement, pour donner son avis à une compagnie d’assurance qui veut savoir si oui ou merdre, il commencera samedi soir sa tournée de 250 concerts sur six mois avec un jour de repos par mois. Voire peut-être, s'il on peut commencer à presser les DVD posthumes ? Bref peu importe (encore que) qui et combien on le paye pour faire ça, mais il faut quand même dire qu’on nage désormais dans le surnaturel : si l’existence de médecins compétents est une certitude à Vilnius, c’est une imposante évidence qu’à Los Angeles il existe des collègues capables d’évaluer une convalescence, prescrire des antibios et installer convenablement un malade dans un avion.

Bref ayant tenté trop tardivement de me positionner sur le marché Michael Jackson, j'affirme cette fois-ci du vivant de l'artiste que SANS BOUGER DE MON BUREAU, et en quelques secondes seulement, pour une somme modique et avec un bilan carbone très raisonnable, j’aurais pu donner la même réponse que mon collègue aéroporté. Pourquoi ? Parce que le cousin du fils du mari de ma voisine, il s’est fait opérer du dos l’année dernière, et ben même sans staphylocoque dans la suture, il avait pas pu danser au bal du village pendant un bon moment…

Dr Bertrand GILOT,

ouvert à toutes propositions...

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Gilot
commenter cet article

commentaires

leonie 20/12/2009 00:40


Les supers stars ont une sale manie de vouloir jouer les surhommes, pauvres humains! Quelle drôle d'idée de se faire soigner par des mauvais médecins. Le bouquin de Patrice de Funès m'a fait bien
rire.