Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 11:11
 14 janvier 2010

Signe des temps, c’est l’actualité judiciaire qui nous apporte très belle illustration de ce que je disais à propos du combat opposant le principe de précaution et les intérêts privés, je veux dire le « vrai » principe de précaution, celui qui prône une gestion des risques émergents favorable aux « vrais gens » (ni politiciens, ni actionnaires, ni corrompus). Une fédération de producteurs de raisin (FNPRT) réclame devant le Tribunal de Paris la somme écrasante de 500000 euros au MDRGF, une association écolo, pour avoir, accrochez-vous, rendu publiques des données scientifiques sur la teneur en pesticide du raisin de table… En l’occurrence ils prennent la peine de préciser qu’ils n’attaquent pas l’étude elle-même, mais la présentation qui en est faite. Autrement dit : étudiez ce que vous voulez, mais ne le faites pas savoir au public. Pour rigoler un coup on y apprend que certes le raisin produit en France « respecte les normes » (c’est à dire des seuils de dosage dont la pertinence est incertaine, sachant la toxicité des produits en cause… ) mais aussi qu’une partie des raisins produits en UE contient des produits qui y sont pourtant interdits (pour leur dangerosité), raisins qui eux, sont bel et bien vendus en France. Mais chut, ne le dites pas trop fort, cela pourrait amener les producteurs à de meilleures pratiques… il paraît qu’on manque de producteurs de bio en France, ne vous bousculez pas les gars, on ne vas pas mettre en péril pour de bêtes raisons de santé les bienfaiteurs de l'humanité qui vendent ces tristes soupes agrochimiques. Un tiers des pesticides utilisés en France serait destinés aux vignes, d’ores et déjà. On nous assure que c’est un mal nécessaire, il n’empêche que la France absorbe un tiers des pesticides consommés en Europe (selon une dépêche AFP citée ici). N'allez pas déranger le Ministère de la Santé pour ça, ils sont occupés à gérer la fin de la non-grippe.


Tout cela n’est pas sans rappeler le procès intenté par les producteurs de sel au chercheur de l’INSERM Pierre Meneton pour avoir attiré l’attention sur les dangers de l’excès de sel dans l’alimentation (procès perdu au printemps 2008)


Pour l’instant (il y a d’autres exemples, voir les affaires d’antennes-relais de téléphonie mobile) la justice semble donner plutôt raison aux défenseurs de l’intérêt général qu’à leurs adversaires. Mais cela reste un danger permanent, et un frein notable, pour des associations fragiles ou des particuliers qui n’ont pas forcément les moyens d’entretenir une armée d’avocats spécialisés. Aussi même si les procès sont pour l’instant perdus, la méthode est troublante et pour tout dire nauséabonde, qui consiste à assigner quiconque pense différemment de vous et vous renvoie à vos responsabilités. Le minimum exigible d'une démocratie moderne serait  que l'on sorte enfin de ce type de rapport de forces.

En attendant que l'on invente - et applique - de nouvelles solutions, verdict le 10 Février.


BG


Plus d’infos et de références ici :

http://news.doctissimo.fr/pesticides-les-producteurs-de-raisin-attaquent-en-justice-le-mdrgf_article6396.html

 

MISE A JOUR 22/02/2010 : c'est les méchants qui ont perdu !!!
à lire dans le détail c'est assez rigolo, pour la forme...

BG

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Gilot - dans Société
commenter cet article

commentaires

Laure 20/01/2010 19:07


J'adore ce que vous faites...