Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 22:33


Autrefois, une vieille évidence chrétienne accordait la rédemption à celui qui a fauté mais s’est amendé avec sincérité. Aujourd’hui il y a belle lurette que la  République s’est dégagée de cette obligation religieuse, pour asseoir un principe simple et immuable : le citoyen qui a transgressé la Loi, et qui s’est acquitté de la sanction imposée par la Justice, est réputé avoir « payé sa dette », et ainsi est autorisé à reprendre sa place dans la société, dans l’exercice plein et entier de ses droits. Ce droit à l'erreur, à l'oubli, à une deuxième chance, est un des constituants essentiels du ciment social.

Il n’est pas besoin d’être grand philosophe pour imaginer que certains, pas tous peut-être, mais certains au moins de ceux qui ont laissé s’exprimer un jour leur propre déviance, puis l'ont maîtrisée après s’être cognés contre le mur rugueux du Droit, certains de ceux-là dis-je, ont sans doute un regard sur la vie, une maturité, un recul que n’auront jamais aucun béni-oui-oui ni aucun citoyen au parcours éternellement droit et sans embûche - sans même parler des politiciens de bonne famille qui ne connaissent de la vraie vie que les beaux quartiers, et de la République, que ses dorures.

En ce qui concerne M.Ali Soumaré, candidat aux élections régionales accusé par ses adversaires d’être « un multirécidiviste » il y a deux façons de lire sa volonté d’entrer en politique :


Soit il s’agit d’un loup qui cherche à entrer dans la bergerie (en clair, un bandit qui vient chercher aventure dans la chose publique) et auquel cas c’est à son parti de lui suggérer fermement un autre métier.


Soit il s’agit d’un homme qui a transgressé dans un passé lointain, et puis qui a regagné le droit de s’asseoir avec nous à la table de la République. Et dans ce cas, on doit au contraire s’enorgueillir de sa présence en politique et quelles que soient nos convictions personnelles, lui souhaiter sincèrement une carrière heureuse et constructive.

Notre héros national Victor Hugo ne disait pas autre chose quand il nous racontait l'histoire de Jean Valjean. Vous vous rappelez ? Il est peu surprenant, mais toujours bien triste de voir qu’il y a toujours des Javert pour tenter de briser ce genre d’espoirs.

En tous cas cette affaire éclaire étrangement les choix du parti au pouvoir : on prétend qu’un comportement aussi complexe que le suicide obéit à une base génétique, on veut ficher le comportement des enfants présumés futurs délinquants, on veut exclure toujours plus loin les malades mentaux, barrer toujours plus aux coupables de toutes sortes les routes de la réinsertion, on garde une trace de tout acte et de tout le monde (fichiers Edwige et ses remplaçants, fichage ADN extensif, vidéosurveillance, accès aux données informatiques…), sans parler du déni aux immigrants de toute légitimité sur le sol qui les accueille...

Tout cela n’est-il que pragmatisme et opportunisme électoral, comme nous le serinent les éditorialistes, ou bien y a-t-il une idéologie derrière ? Cette question est importante car de la réponse dépendent bien des conséquences pratiques : pourquoi financer des programmes de réinsertion, d’éducation, de soutien psychologique ou social, si les pauvres ont vocation irrémédiable et définitive à rester pauvres, les fous à devenir clochards violents et les délinquants, à s’éloigner toujours plus de la société ? Si l’on pense, si l'on affirme que l’être humain est prisonnier de sa destinée, de ses gènes, de son origine géographique et sociale, alors pourquoi donc irait-on tendre la main au plus faible, pourquoi respecter celui dont la trajectoire cahote au bord du chemin, pourquoi inviter à revenir celui qui part à la dérive ?

Sans attendre la réponse à cette angoissante question, Monsieur Soumaré, je fais le pari de vous souhaiter une belle carrière en politique, au delà du symbole que l’on essaie de vous coller sur les épaules.

 

 

Dr Bertrand Gilot

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Gilot - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

claudine 26/02/2010 22:30


Je reparais ici... Merci pour votre suite ! Je viens de prendre connaissance de cette affaire. Pour avoir fréquenté un temps des élus, je sais toute les manipulations électoralistes visant à
entacher l'opposition. Tout est bon pour faire du bruit. On peut même se demander à qui profite ce crime : les opposants ou les tenants. La communication a ses ressorts, pas toujours bien nobles et
les médias font leur boulot de médias... Le crime profite à tous, sauf à ce garçon entrainé dans cette aventure, sans en connaître le fond. Au fond, la lie...


Michèle 26/02/2010 19:17


La "génétisation", ça me rappelle "bienvenue à Gattaca", très jolie fable.


stephane 24/02/2010 13:32


Jolie note sur la redemption, sur le droit à l'erreur, sur le droit à la différence.
Concernant la question entre opportunisme et idéologie, tout le monde préfére se dire que c'est de l'opportunisme car on ne peux ou ne veux imaginer que ce soit de l'idéologie. L'idéologie qui sous
tendrait la genetisation (oh le vilain néologisme) de la pauvreté, de la maladie mentale sans possibilité d'amendement, sans possibilité d'en sortir, nous rappelerai trop ça:
http://kystes.blog.lemonde.fr/2009/05/28/si-vous-passez-par-berlin-avant-le-19-juillet-2009/
Alors vive l'opportunisme et finalement l'arroseur est arrosé dans cet pathétique histoire Soumaré. J'attends la phrase de poniatowski qui dira "Ah ces étrangers tous le même nom on peut pas les
reconnaitre", elle va venir vu la pente que prend cette belle campagne qui fleure bon le fumier.


Bertrand Gilot 26/02/2010 22:58



Le post que tu cites est édifiant en effet !!! J'ai fait mon DEA dans un labo de génétique, je n'ai pas fait beaucoup avancer la Science mais ça m'a appris à faire attention à ce genre de trucs
et à l'inconséquence, plus fréquente qu'on ne souhaiterait, des gens qui bossent là-dedans...


Citation d'une revue à très très très fort Impact Factor, fin des années 90, un auteur mondialement reconnu se félicitait de qu' "on pourra[it] ainsi prédire bientôt le risque de devenir
alcoolique pour quelqu'un qui postulerait pour devenir pilote de ligne". En effet, ça fait rêver...

BG