Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 21:36

 

En Amérique, c’est bien connu, tout est plus grand. Alors, quand la France médicale se réveille toute nue, et encore saoule, dans les bras d’un Jacques Servier aux yeux brillants qui lui susurre à l’oreille que la sécurité humaine c’est bien, mais que le business c’est mieux, en Amérique, les labos voguent déjà vers des horizons plus lointains.


Faire faire des essais thérapeutiques dans des pays pauvres, créer de vraies-fausses maladies (mais de vraies prescriptions) en bidouillant les critères diagnostiques, cacher des risques connus en spéculant sur le coût des procès à venir, saigner les assurances maladies en vendant à prix d’or de fausses nouveautés (ah ? bah, si ça crée des emplois...), corrompre des universitaires, acheter (ou créer de toutes pièces) des associations de patients, si ce n’est des députés, et quelquefois des ministres, ils savent faire, et même plutôt pas mal, mais ils avaient besoin de quelque chose de plus beau, de plus noble, de plus grand. 
Au rayon intergalactique il n’y avait rien. Alors il se sont rabattus modestement sur le planétaire.

A en croire le récit du journal Le Monde daté du 18 février dernier, un pense-char, pardon un think tank nommé Heartland Institute (le pays du coeur... ça ne s’invente pas), est une des principales organisations de lobbying climatosceptique. Ils agissent via des tribunes de presse, des blogs, des conférences (parfois jusque dans des lieux prestigieux tel l’Institut de Physique du Globe à Paris), afin d’influencer la perception du risque climatique par la population. Cela dès l’enseignement scolaire, mais aussi au travers de publications tendancieuses d’allure scientifique et de rapports remis aux politiques. Le but : contrer, adoucir, occulter, aplanir toute information jugée «alarmiste» (qu’elle soit pertinente, réelle, scientifiquement consensuelle importe peu, on l’aura compris), avec pour objectif  manifeste le maintien en l’état de tout ce qui se pratique aujourd’hui, dans tous les domaines et en particulier dans les industries qui ont un bénéfice direct (à court terme...) à ne rien changer.

Tout cela coûte évidemment énormément d’argent, le budget du machin se monte à 7,7 millions de dollars pour 2012. Dans la liste des généreux donateurs, jusqu’ici tenue confidentielle et révélée grâce à des fuites, on retrouve sans surprise un conglomérat pétro-chimique (mais pas de pétroliers), General Motors, des cigarettiers... Bref de grands bienfaiteurs de l’humanité.

Mais on relève aussi, jusque là cloîtrés dans l’ombre par une pudeur qui force le respect - un tel souci de la discrétion en devient émouvant - les noms des firmes pharmaceutiques telles que Eli Lilly (Prozac®, Zyprexa®, Cymbalta®...), Pfizer (Zoloft®, Effexor®, Champix®...), ou encore, mais la liste n’est pas exhaustive, GlaxoSmithKline (Deroxat®...).

Amis, citoyens, patients, qui prenez des médicaments produits par ces entreprises, médecins qui les prescrivez, soyez heureux : grâce à vos achats vous contribuez à la désinformation active sur le changement climatique, ses causes et les moyens d’y faire face.


BG

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Gilot - dans Société
commenter cet article

commentaires

Bertrand Gilot 02/03/2012 10:00


Non ce qui m'étonne dans cette histoire c'est que les labos participent en leur nom à cet organisme (rien de plus facile pour eux que de monter un système d'écran via une filiale ou une
fondation) MAIS tout en tenant à ce que cela reste confidentiel... Pas bien compris.


 


BG

Leonie 27/02/2012 16:12


Bonjour Doc


J'irais plus loin que vous sur le sujet, pour vendre des médicaments, détraquons le climat : voici un lien :  


 


" H.A.A.R.P - PRESSE LIBRE INTERNATIONALE "

Bertrand Gilot 02/03/2012 09:58



Difficile d'avoir un avis sur un tel article. Le risque est comme toujours d'avoir une interprétation "simple" qui relie tous les phénomènes qui ne nous conviennent pas sous une seule cause, une
seule explication. Là ils vont loin dans le ratissage : des tempêtes tropicales à la manipulation cérébrale, tout ça grâce à un carré d'antennes qui n'est - ce que l'auteur présente comme une
preuve - même pas clôturé. Il me semble que quand les Etats-Unis un truc ultrasecret il mettent les moyens (voir le projet Manhattan). Qu'un état puissant essaye de disposer d'un armement
efficace ce n'est guère nouveau, ni évitable, même si le risque d'échappement au contrôle change quand on passe de la catapulte au un missile nucléaire.


Pour autant, il arrive que ce qui paraissait appartenir aux théories du complot il y a 20-25 ans s'avère être réalité, comme par exemple la recherche par les Soviétiques du déclenchement de
séismes à distance, qui a été révélée récemment par des archives (je n'ai pas la réf désolé).


 


BG