Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 14:53

 

C'est terrible, il m'a fallu atteindre la quarantaine pour tomber sur ce texte, édifiant, vivifiant certes, mais aussi vertigineux si on le met en parallèle avec les milliers d'heures suées dès après le bac, à s'encombrer la tête de concepts oiseux et futiles (en plus d'être résolument inopérants) tels que la psychométrie, les évaluations multiaxiales de la personnalité et autres billevesées dignes des médecins de Molière - mais qui font si joli dans les congrès de psychiatrie (énoncer doctement que "la sérotonine est impliquée dans la dépression" m'a toujours paru aussi sot, aussi vain, que de dire "l'opium fait dormir parce qu'il a des vertus dormitives"). Qui font joli, et qui évitent surtout de se confronter à nos lacunes, nos impuissances, nos ratages (sans compter que ça fait rend tellement service aux laboratoires pharmaceutiques, et puis ça rendort les tutelles qui ont, comme ça, l'impression qu'on travaille...).

 

Je suis tombé sur ces quelques lignes rassurantes - je me sens moins seul, enfin - en tentant, justement, de grapiller quelques miettes de savoir ancien face au constat toujours renouvelé de mes lacunes théoriques (qui prétend n'en avoir aucune me lance le premier Qanûn d'Avicenne en travers de la figure...). C'est du Jung. Oh ce n'est pas bien long, mais par prudence éloignez quand même de vos écrans les jeunes étudiants en médecine et les professeurs de psychiatrie.

 

"Celui qui veut connaître l'âme humaine n'apprendra à peu près rien de la psychologie expérimentale. Il faut lui conseiller d'accrocher au clou la science exacte, de se dépouiller de son habit de savant, de dire adieu à son bureau d'étude et de marcher à travers le monde avec un coeur humain, dans la terreur des prisons, des asiles d'aliénés, des hôpitaux, de voir les bouges des faubourgs, les bordels, les tripots, les salons de la société élégante, la Bourse, les meetings socialistes, les églises, le revival et les extases des sectes, d'éprouver sur son propre corps amour et haine, les passions sous toutes les formes ; alors il reviendra chargé d'un savoir plus riche que celui que lui auraient donné des manuels épais d'un pied et il pourra être, pour les malades, un médecin, un véritable connaisseur de l'âme humaine".

 

Carl Gustav Jung

(in : L'âme et la vie, recueil de textes édité en 1963)

 

 

BG

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Gilot - dans La psychiatrie pour les nuls
commenter cet article

commentaires

Léonie 26/02/2012 22:23


Je pense que personne n'enseigne JUNG parce que personne n'est encore prêt pour l'apréhender et le suivre, ce qui est bien dommage. De plus FREUD s'est faché avec lui concernant ses idées et de
part sa notoriété lui a fait de l'ombre. Je pense que si ces deux hommes là étaient restés amis et partagé leurs connaissances, le travail aurait été autre.

Christel 24/02/2012 18:31


Totalement en phase avec votre post et le commentaire très juste de Léonie. Je travaille dans un hôpital psychiatrique et j'ai malheureusement fait le constat que Jung était très peu connu.
Freud et Lacan toujours, Jung jamais et les médicaments partout. C'est bien dommage ....

Bertrand Gilot 26/02/2012 22:10



Je découvre Jung avec étonnement, pour moi c'est une figure tout à fait reconnue de la mythologie historique psychiatrique, généralement les gens en parlent avec autant de respect que de Piaget
ou de Ferenczi, et sans les polémiques qui enfument la silouhette de Lacan. De même les psychanalystes jungiens que j'ai pu croiser m'ont toujours fait bonne impression, et étaient respectés dans
les institutions où ils se trouvaient... Mais au delà de ça, personne ne l'enseigne... Dommage en effet !


 


BG



Leonie 21/02/2012 13:51


Hello Doc


Ma petite promenade épisodique m'a permis de tomber sur votre dernier post qui bien que court en dit long sur la situation. Carl G. JUNG est un pote à moi, je suis en phase avec ses écrits. Un
jour il reviendra sur le devant de la scène, il commence déjà d'ailleurs. Pour avoir une idée de la profondeur de l'âme humaine il faut faire soi-même la descente dans la sienne et "pouvoir"
remonter pour raconter ce qu'on y a trouvé. Je crois que Jung l'a fait, ça transpire dans ses écrits qui rejoignent un peu ceux de Stanislaw GROF ou John LILLY. Il est évident que si l'on prend
en compte leurs enseignements il se pourrait que l'on puisse mieux soigner les malades mais l'industrie pharmaceutique en prendrait un sacé coup, mais avant que l'on ait révolutionné le monde,
pas mal d'eau aura coulé sous les ponts.

Bertrand Gilot 26/02/2012 22:07



L'industrie est un des soucis, mais pas le seul. Je suis issu d'une formation tout ce qu'il y a de plus rationaliste, scientifique, etc, mais plus j'avance et plus il est clair que l'immense part
de flou (parfois artistique, parfois cahoteux...à qu'il y a dans toute pratique médicale. A la rigueur, certaines spécialités très techniques y échappent en partie, et encore. Or, il est aussi
clair que le praticien est livré à lui-même sans aucune sorte de guidage sur cet aspect, si important, de la pratique médicale... Les "ingénieurs en médecine" que nous formons depuis peut-être un
siècle ne sont pas seulement froids et désagréables (ce qui déjà est inacceptable), ils arrivent aussi assez souvent à être de très mauvais médecins, j'en ai fait l'expérience récemment dans ma
propre famille...