Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 17:58
Cela vous a sans doute échappé, mais il s’est passé un truc complètement dingue entre le 8 et le15 mars dernier. Pendant une semaine entière, il n’y a eu aucun enfant tué en Irak ni en Afghanistan, ni en Palestine, aucun coup d’état ni élection truquée nulle part. Aucun pasteur nomade exproprié au Niger. Aucun intellectuel embastiillé en Birmanie. Et plus terre à terre, personne ne m’a téléphoné pour m’aider à payer moins d’impôts, ni pour changer mes fenêtres. Banal, mais bien agréable, ma foi. Mieux, aucun expert indépendant - forcément indépendant, forcément - n’a tartiné ses Certitudes Argumentées sur l’avenir de l’économie mondiale, sur la hausse des prix de l'immobilier (qui n'est "que ralentie, et encore..."), ni affirmé en toute indépendance que les OGM sont indispensables pour la santé, que l’amiante c’était pas si grave, et que se coller la cervelle contre un four micro-onde ouvert c’est totalement anodin. Je n’ai pas non plus reçu de revue professionnelle gratuite vantant les mirifiques progrès de la Science sur la Maladie, c’est à dire les vertigineuses et dévorantes extensions d’AMM de produits présents depuis trente ans sur le marché.

Mais plus que tout, fait totalement incroyable, pendant toute une semaine, aucune catégorie socio-professionnelle (ni aucun porteur de maladie mentale) n’a été dénoncée à la télévision comme étant responsable de l’ensemble des Problèmes de Notre Pays, aucun Africain n’a été invité à embarquer sur nos lignes aériennes à coups de pieds dans le ventre, aucun service public n’a été massacré ou cédé à vil prix à d’honnêtes casinotiers monégasques, aucun centre-ville n’a été soumis au couvre-feu pour une visite officielle, aucune réforme n’a été brutalement imposée sans concertation aux gens concernés (et cela, ni lundi, ni mardi, ni mercredi, etc…), aucun discours n’a été prononcé à destination des tripes plutôt que des cerveaux, aucun ministre n’a été humilié publiquement pour avoir émis un avis personnel, aucun député n’a voté avec les genoux selon des intérêts très moyennement républicains, aucun ami de la famille des amis du Chef n’a bénéficié d’avantages monstrueusement inégalitaires, aucun citoyen n’a été placé en garde à vue sans raison valable, aucun magazine n’a fait sa une sur des gens déjà multi-auto-affichés… J'allais oublier : aucun sondage Milky - pardon Opinion Way pour dire que tout le monde trouve tout ça fort génial et en réclame encore plus, et des plus gros !

Et bien, moi je vais vous le dire, parce que moi je n’ai pas ouvert un blog pour me tourner les pouces... purééééée ,une semaine de vacances, ça fait du bien, et pour ceux que ça pourrait inquiéter, je tiens à le dire : le sevrage est très facile !!!

BG

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Gilot - dans Société
commenter cet article

commentaires

smety 29/06/2017 11:20

Plus de vingt ans que j'en prenais, en ayant essayé de l'arreter durant 2 a 3 x, j'ai bien tenu 1 mois, et j'ai du le recommencer.
Soudain, rupture de stock en Suisse et en France, a nouveau 1 mois, sans Nozinan !!! La poisse !
Apres environ 1 mois, un nouveau Nozinan
an arrive, cette fois-ci, il est jaune. J'en commande donc 4 boites de 100, pour avoir de la reserve.
Le soir, j'en prend un, et le lendemain, mal foutu comme un chien, de petits yeux, un mort-vivant.
Oui, ils ont changé la composition !
Je decide donc de prendre le taureau par les cornes et d'arreter ce poison pour de bon. Mais il me fallait trouver un remplacant a base d'herbe. Ce ne fut pas facile, mais apres plusieurs essais a base de plantes, Eureka, j'ai trouvé la plante qui me convenait a la place du Nozinan.
Pourquoi j'en parle, he bien tout simplement que je suis tombé sur de nombreux forums, avec enormement de personnes qui ont essayé d'arreter. Impossible.
J'ai la solution miracle, en effet cela fait 3 mois que je ne prend plus de Nozinan, et que je vis super bien avec cette plante miracle en gelule, cela calme, cela appaise les tics nerveux, et en plus, 6 heures de sommeils sans aucuns problemes. Et bien dans sa peau.

Renseignements sur demande.

Bertrand Gilot 29/06/2017 12:38

Bonjour, merci pour ce retour d'expérience, de quelle substance s'agi-t-il ?

Léonie 11/04/2009 00:37

Merci pour la réponse sur les anti-dépresseurs. Je précise que moi aussi j'ai droit aussi à la prescription de NOZINAN sur une période très courte pour le sommeil par un médecin remplaçant, lâchée dans la nature avec ça et que j'ai eu un mal fou à m'en débarasser (vu un homéopathe). Je crois que le vrai problème est là, le suivi du sevrage.

Bertrand Gilot 11/04/2009 10:36


Tout à fait. Sauf urgence exceptionnelle, et alors avec une ordonnance courte et non-renouvelable, on ne devrait jamais prescrire de psychotrope (même un somnifère ou un anxiolytique !) à un
patient que l'on voit pour la premirèe fois. Règle simple... que l'on n'apprend pas à la fac de médecine, et qui contredit le mode "un symptôme, un médicament" qui caractérise la pratique médicale
française.


Léonie 10/04/2009 20:30

Le sevrage facile? ça dépend de quoi et pour qui. Les psys remplacent en général une addiction par une autre addiction. Ex : un membre de ma famille s'est vu traiter une addiction aux somnifères (30 ans de NOZINAN à forte doses) par des anti-dépresseurs. Je suppose que pour arrêter les anti-dépresseurs il va falloir trouver une substance pour les remplacer? Je pense qu'on n'a pas tous la même force de caractère dans ces cas là.

Bertrand Gilot 10/04/2009 22:38


Alors non justement, les antidépresseurs ne donnent pas de dépendance, au sens d'accoutumance. Attention cela n'exclut pas qu'il y ait parfois des rechutes lorsqu'on arrêt le traitement mais ce
n'est pas le même phénomène. Comme tout traitement relativement prolongé, l'arrêt doit être préparé, et progressif, pour bien se passer, et le suivi continué quelques temps pour s'assurer que
justement on n'a pas de problème de sevrage. Le problème des somnifères quels qu'ils soient (le Nozinan® étant un neuroleptique sédatif, utilisable comme somnifère mais ce n'est pas son indication
idéale) c'est la dépendance psychologique avant tout, je suis consterné par la facilité avec laquelle ces médicaments sont prescrits sans le moindre avertissement aux patients sur ce point. Dans
mon expérience, en prévenant les gens des risques - et en ne prescrivant pas n'importe quoi à n'importe qui dans n'importe quel contexte, genre les antidépresseurs par le médecin de garde le samedi
à 19 h - on ne provoque QUASIMENT JAMAIS de dépendance aux psychotropes ! (si, si, essayez les confrères, vous verrez...)